Stratégie Web (intégrée) | Étape 6 : Analyse et ajustement

Stratégie Web (intégrée) | Étape 6 : Analyse et ajustement

Strategies Etape 1 analyse actuelle

« Chronique branchée » avec Edith Jolicoeur et Stéphanie Gauthier | Émission « En transit », sur les ondes de CIEU- FM, le jeudi 14 avril 2016, 10:40.

Comme dans bien des situations, c’est quand on pense que c’est fini qu’on réalise que ça ne fait que commencer.

Une bonne stratégie Web ne se réalise pas en un claquement de doigts.

Après s’être posé les « bonnes questions », après avoir fait une analyse complète de situation Web (et traditionnelle!), après avoir développé ou ajusté son image de marque, après avoir créé et classé du contenu, après avoir distribué du contenu et après avoir créé, géré, et animé sa communauté, ce n’est pas terminé!

Une bonne stratégie ne repose pas sur des « J’ai l’impression que ». Le feeling et l’intuition peuvent aider à gérer, mais ils ne sont pas suffisants.

Pour déterminer si une stratégie est « bonne », on doit absolument pouvoir l’évaluer.

À l’aide de différents outils d’analyse du ROI (Return On Investment – Retour sur l’investissement), on pourra mesurer les résultats obtenus en fonction des objectifs précédemment fixés.

Mesurer

  • On se Google, on vérifie les résultats de recherche Web, par image, Google Maps ou autre, selon notre type d’activité
  • On refait l’audit du site Web
  • On consulte Google Analytics
  • On refait les audits des différents réseaux sociaux utilisés

Analyser

  • N’oublions pas les « Benchmark » (analyses comparatives – étalonnage).

On devrait toujours avoir trois types de « comparables » (d’autres marques comparables à la nôtre):

  • Des comparables semblables à nous
    • Pour nous rassurer, pour avoir une bonne idée de sa situation relative. (Comme la cote Z – ou cote R – à l’école.)
  • Des comparables super hot
    • Qui sont dans le même genre d’industrie ou secteur, mais qui ont souvent beaucoup plus de moyens. Ça fouette! Ça aide à se motiver un peu.
  • Des comparables « poches »
    • Ça en prend! On a tous des journées parfois plus difficiles que d’autres. Alors, on se compare aux comparables « poches » et on se remonte le moral. (Il ne faut pas que ça dure, par contre! On se dépêche à en revenir!) 😉

Ajuster le tir

C’est normal de ne pas arriver à tout prévoir. On a beau avoir les objectifs les plus « SMART » possible, il y a toujours une part d’imprévu.

Exemples d’imprévus qui influencent les résultats d’une stratégie :

  • Perte ou remplacement d’une ressource humaine
  • Coupes budgétaires
  • Succès plus grand que prévu de certaines campagnes
  • Taux de change
  • Nouvelles tendances
  • Etc.

Définition d'un objectif « SMART »

Spécifique, Mesurable, Acceptable, Réaliste, Temporellement définis + Evaluable et Révisable

Cible

Ce n’est pas dramatique de devoir s’ajuster. C’est normal! Je rappelle que je travaille principalement avec de petites entreprises, des artistes, des travailleurs autonomes et des organismes culturels dont les budgets marketing (et d’opération!) sont souvent limités. Quand on regarde des exemples comme celui de Target qui s’est rapidement retiré du marché canadien malgré son succès aux États-Unis, on se console!

Exemple de Mylène Paquette

Dans mes formations et conférences, je donne souvent l’exemple de Mylène Paquette. Nombreux sont ceux qui ont suivi son aventure et tous ceux à qui j’en parle sont admiratifs.

On s’entend pour dire qu’elle avait bien planifié son voyage. Pourtant, on n’a qu’à consulter la carte interactive de son site Internet pour constater toutes les embuches qu’elle a rencontrées. Est-ce que ça l’a arrêtée? Non! Elle a réussi son exploit. Est-ce qu’elle aurait réussi si elle n’avait pas su s’ajuster? Je l’ignore. Il faudrait lui poser la question. 🙂

Capture decran Mylene Paquette

Un travail continuel

Dans les chroniques précédentes, on a vu les différentes étapes de la mise en application d’une stratégie.

Ces étapes se présentent d’abord selon un ordre chronologique. Elles deviennent ensuite itératives (qui sont faites ou répétées plusieurs fois).

On peut avoir réalisé un plan de communication au début des activités de sa marque. On a réalisé une charte graphique, choisi un logo, une politique éditoriale. On a créé du contenu, on l’a distribué. On a créé une communauté autour de sa marque. Puis, au bout d’un certain temps, on mesure, on analyse et on réalise qu’on doit s’ajuster. C’est continuel, tout ça. Une bonne stratégie ne devrait pas être figée.

Parfois, on est à l’étape 6 (analyse) et on revient à l’étape 2 (image de marque). C’est mon cas. Dans les dernières semaines, j’ai travaillé avec une designer graphique et un développeur Web pour ajuster mon image de marque. (Logo, image de profil, cartes d’affaires, site Web, etc.) Celle que j’avais développée en vitesse il y a trois ans ne correspondait plus à la façon dont mes services et ma clientèle ont évolué.

Et puis les étapes 3 (création de contenu), 4 (distribution de contenu) et 5 (création d’une communauté) sont éternelles et continuelles. Une bonne stratégie d’utilisation du Web et des réseaux sociaux ne devrait pas se limiter à la durée d’une campagne. Il faut continuer d’alimenter et de gérer tout ça!

La vie et le Web, c’est comme le jeu de serpents et échelles.

On élabore des stratégies, on fait des bons coups, des fois on fait de moins bons cours et chaque fois, on doit s’ajuster. Comme le dit le vieil adage, la vie n’est pas un long fleuve tranquille…

Snakes and Ladders Jacqui Brown

Crédit image : Snakes and Ladders par Jacqui Browno.

Edith Jolicoeur, Consultante branchée, Photo de Profil 2017 credit Photo MagBag Magali Deslauriers

À propos de l’auteure

Edith Jolicoeur parcourt le Canada pour aider les artistes, travailleurs autonomes, petites entreprises et organismes à adopter de bonnes pratiques ainsi que des stratégies gagnantes, afin qu’ils tirent profit du Web et des réseaux sociaux.

Sa devise : « Ce n’est pas parce qu’on est éloigné géographiquement qu’on doit l’être numériquement ! »

Formée en innovations technopédagogiques en enseignement supérieur, elle cumule huit ans d’expérience comme enseignante au programme de vente-conseil dans un Centre de formation professionnelle (CFP) et six ans en formation continue.

Parallèlement à l’enseignement, elle également été entrepreneure dans le secteur du tourisme culturel en région « dite éloignée » durant près de quinze ans. Au cours de cette période, elle a pu mettre en pratique différentes stratégies de marketing et communication numérique.

Elle connaît bien les réalités des entreprises et des organismes de petite taille pour les avoir vécues. Elle comprend particulièrement bien le sens de l’expression « autres tâches connexes » pour décrire le rôle de ceux qui doivent souvent savoir tout faire, ou presque !

Aujourd’hui, Edith Jolicoeur puise dans toutes ces expériences pour offrir des conférences et des formations adaptées aux différentes clientèles auxquelles elle s’adresse.

Elle tient aussi à mentionner que son passeport est valide et qu’elle peut parcourir la planète si l’occasion se présente! 😛

#NanoInfluenceurs #TeamOrganic #TEDxSpeaker #Slasheuse 

En savoir plus

You may also interested

Add your comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :