Petit lexique 2.0 illustré | Partie 3 de 3

Petit lexique 2.0 illustré | Partie 3 de 3

« Chronique branchée » avec Edith Jolicoeur et Stéphanie Gauthier | Émission « En transit », sur les ondes de CIEU- FM, le jeudi 8 octobre 2015, 10:40

Edith va vous expliquer ça!

Petit lexique illustré en trois parties.

Il y a deux semaines, je vous parlerai de Web 1.0, 2.0, 3.0, de « responsive design », de « Big data » et de « retargeting ».

La semaine dernière, je vous parlais de hashtag, d’algorithmes, de distinctions entre les termes « amis » et « abonnés », entre « profil » et « Page » et entre « billet » et « article ».

Cette semaine je propose de vous aider à mieux comprendre les termes « URL », « Flux RSS », « DPI », « Ko, Mo, Go, To »  et « bps »!!

Ahhh! L’URL!

On l’entend souvent : « Pouvez-vous me donner l’URL? » Selon l’Office québécois de la langue française, une URL ou adresse URL, est une chaîne de caractères normalisés servant à identifier et à localiser des ressources consultables sur Internet et à y accéder à l’aide d’un navigateur.

Ce sont les caractères qu’on voit généralement dans la barre d’adresse en haut du navigateur. On parle aussi de permalien qu’on définit comme l’adresse permanente d’un lien ou URL.

Par exemple, le permalien de ce billet est : http://www.consultantebranchee.com/2015/10/08/petit-lexique-2-0-illustre-partie-3-de-3

Et l’URL pour accéder à tous mes billets de chroniques est : www.consultantebranchee.com/chroniques

Capture d'écran 2015-10-08 07.37.23

_____

Le flux RSS : pour être informés en continu.

Les flux RSS (pour Really Simple Syndication, en français « Syndication réellement simple ») sont des fichiers qui permettent à des abonnés de recevoir en temps réel la liste des derniers contenus publiés par un site.

On reconnaît souvent la présence d’un flux RSS par cette image :

rss-8645_640Par exemple, on peut s’abonner aux flux RSS de mon blogue : RSS – Articles et RSS – Commentaires.

Pour se faire, on aura besoin d’un agrégateur de contenu comme Feedly que j’utilise personnellement.

Celui-ci permettra de vous créer un genre de journal quotidien personnalisé qui regroupera toutes les dernières nouvelles des sujets qui vous intéressent ou des flux que vous avez ajoutés sans être obligés de visiter vos sites d’intérêt un à un pour voir s’ils ont de nouvelles publications. Très pratique si vous souhaitez être informé des offres d’emploi de différentes entreprises qui vous intéressent, par exemple.

feedy

Capture d'écran 2015-10-08 07.28.29

Sources et suggestions de lecture :

_____

Et les DPI??

DPI est en fait l’abréviation de dot per inch (en anglais!) ou points par pouce. L’Office québécois de la langue française défini DPI comme étant l’unité de mesure de la résolution d’une image imprimée qui correspond au nombre de points contenus dans une longueur d’un pouce.

Photo differentes resolutions dpi

Crédit image : la photo en faits

On parle généralement d’une définition d’au moins 300 DPI pour l’impression et de 72 DPI pour l’utilisation Web.

Source et suggestion de lecture :

_____

« Ko, Mo, Go, To » ou le poids des fichiers

En informatique, la grandeur de base est le bit (binary digit). Un bit est un élément pouvant être égal à 0 ou à 1 (deux valeurs possibles donc).

Un fichier est un ensemble de bits. Pour mesurer le poids des fichiers, on réfère généralement à un nombre d’octets.

1 octet = 8 bits

Par contre, ce n’est pas aussi simple que pour les millimètres, les centimètres et les mètres, parce qu’1Ko ne vaut pas 1000 octets!

Quand on veut convertir un nombre x d’octets en Ko, Mo ou Go, on ne doit pas multiplier respectivement par 1000, 1000 000 et 1000 000 000. On multiplie plutôt par 1024, 1024^2 (ou au carré) et 1024^3 (ou au cube).

1Ko = 1 024 octets
1Mo = 1 024Ko = 1 048 576 octets
1Go = 1 024Mo = 1 048 576Ko = 1 073 741 824 octets
1To = 1 024Go = 1 048 576Mo = 1 073 741 824 Ko =1,07374e11 octets (107 374 182 000 octets !!!)

Exemple :

Exemple 1 po X 1 po 72 DPI vs 300 DPI

Sources et lectures suggérées :

_____

Finalement, les bps ou « débit binaire »

« Le débit binaire est une mesure de la quantité de données numériques transmises par unité de temps. Il est le plus souvent exprimé en bits par seconde » (Wikipedia).

On l’utilise surtout pour définir la qualité ou plutôt la vitesse de connexion internet.

On se souvient des modems 56 K? Bien ils nous offraient une vitesse de 56 ko par secondes.

De nos jours, on parle de Haute Vitesse. On s’attend donc à plus vite (et plus stable) que ça!

Pour vérifier votre vitesse de connexion, vous pouvez faire un test simple à l’adresse suivante : speedtest.net

Voici le résultat que j’obtiens chez moi :

Speedtest Edith Jolicoeur ROGERS

On peut donc dire que la qualité de ma connexion internet est maintenant plus de 1 147 fois plus rapide que lorsque j’avais un modem 56 ko! (Misère!!)

_____

Voilà! J’espère que cette petite série de trois chroniques vous aura aidé à mieux comprendre une partie du jargon informatique!

La semaine prochaine, je prévois vous parler d’expérience utilisateur. C’est un rendez-vous! 😉

_____

À lire aussi :

Add your comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :