Chronique branchée no 6 | CHOISIR D’ÊTRE BRANCHÉ : C’est pas parce qu’on est éloignés géographiquement qu’on doit l’être numériquement!

Chronique branchée no 6 | CHOISIR D’ÊTRE BRANCHÉ : C’est pas parce qu’on est éloignés géographiquement qu’on doit l’être numériquement!

« Chronique branchée » avec Edith Jolicoeur et Stéphanie Gauthier Émission « En transit », sur les ondes de CIEU- FM, le lundi 11 février 2013, 10:40

______________________

Edith JOLICOEUR HOISIR D'ÊTRE BRANCHÉ : C'est pas parce qu'on est éloignés géographiquement qu'on doit l'être numériquement!

Quand j’ai annoncé le sujet de ce billet sur les différents réseaux sociaux où je suis présente, j’ai reçu plusieurs commentaires positifs. La plupart de ces commentaires évoquaient les avantages personnels à être présents sur le Web malgré les distances; rester en contact avec les membres de sa famille, retrouver des amis, découvrir des gens et des sujets intéressants, etc. Je suis évidemment d’accord avec tous ces avantages. Ce n’est toutefois pas à ceux-là que je pensais en affirmant « CHOISIR D’ÊTRE BRANCHÉ : Ce n’est pas parce qu’on est éloigné géographiquement qu’on doit l’être numériquement! »

Je faisais plutôt référence à ma participation à la mise sur pied d’un Plan numérique pour la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine initié par la CRÉGIM. Ça fait presque un an maintenant que je participe à des réflexions et des discussions pour aider ma région à tirer profit des TI (Technologies de l’information) et du Web. J’ai été désolée d’y apprendre que les Gaspésiens étaient moins branchés que le reste des Québécois malgré que 98 % de ses habitants aient accès à Internet. En effet, seuls les deux tiers (66 %) des Gaspésiens et des Madelinots utilisent Internet, comparativement à 82 % pour l’ensemble du Québec.

Du côté des entreprises, la fracture numérique se situe au niveau du nombre d’employés. D’abord, la quasi-totalité des PME de cinq employés ou plus utilise Internet (92,6 %). De plus, 80 % d’entre elles utilisent le réseau social Facebook, un taux significativement plus élevé qu’ailleurs au Québec. En contrepartie, seulement 54 % des PME de quatre employés et moins sont branchées à Internet. Parmi toutes les entreprises connectées du territoire, quatre sur dix possèdent un site Web et un tiers d’entre elles n’ont rien investi dans les TI au cours des 12 derniers mois. La moitié des entreprises questionnées ne voit aucun intérêt à passer à l’heure du mobile. Paradoxalement, 53 % des entreprises branchées font des achats en ligne et seulement 12 % font des ventes en ligne. (Source : Communiqué de presse : En marche vers une région branchée, 2 mai 2012)

Je répète donc « Ce n’est pas parce qu’on est éloigné géographiquement qu’on doit l’être numériquement! » Entre nous, je dois dire que les cheveux me dressent chaque fois que des représentants d’une organisation, d’une entreprise ou d’une municipalité me disent « Ah, mais ça (en parlant tendances Web), ce n’est pas rendu ici ». Euh!? Expliquez-moi, c’est bloqué aux douanes?

Je suis ravie que la gang de la CREGIM m’invite à réfléchir avec eux sur les moyens à prendre pour que les Gaspésiens et les Madelinots s’approprient les TI et le Web. Je suis emballée par toutes les discussions et les idées proposées par les participants des secteurs de l’éducation, de l’économie, de la vie sociale, des communications et des technologies.

Maintenant, il appartient aux citoyens de faire les efforts nécessaires pour s’approprier le Web et les TI. En réalisant les avantages pour eux, je crois que les citoyens, qu’ils soient entrepreneurs ou non, trouveront la motivation pour apprendre et tirer profit du Web et des TI. Je crois aussi qu’il appartient aux institutions de leur donner un coup de pouce, et c’est commencé!

N’oubliez pas que je donne de la formation!!

  • Dans tout l’éventail de services que j’offre, la formation est ce que je préfère. C’est là où je me sens le plus utile et le plus performante. J’ai commencé à enseigner en vente-conseil dans un Centre de formation professionnelle en 1995. J’avais 21 ans, j’étais la plus jeune de ma classe! Depuis, je n’ai cessé de vouloir continuer à apprendre et à partager mon savoir. (En savoir plus)

Comme vous l’aurez compris, en tant que consultante branchée, l’appropriation du Web et des TI est au coeur de mes préoccupations. Je crois beaucoup au pouvoir de la formation et de « l’alphabétisation numérique ». J’en fais presque une mission d’évangélisation!  J’ai hâte au jour où il n’y aura plus de distance ou de fracture numérique entre la Gaspésie et les grands centres et aussi entre toutes les régions et les grands centres.

J’ai hâte aussi au jour où la Gaspésie, comme les autres régions pourront offrir une couverture cellulaire et WiFi adéquates afin que nos visiteurs de l’extérieur puissent eux aussi accéder à notre réseau. Ce n’est pas encore le cas pour les abonnés de Rogers, Fido, Vidéotron et j’en passe. Mais ça, ça fera l’objet d’un autre billet! 😉

Suggestion de lectures :

________

Retour à la page d’accueil | Toutes les chroniques branchées
Facebook | Twitter | Infolettre branchée

Add your comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :